• mar. / 7 février 2017 / 18:22
  • Catégorie: Politique
  • Code d'info: 95111913695
  • Journaliste : 71453

Sanctions anti-iraniennes: Theresa May dit non à Benyamin Netanyahu

ترزا می و نتانیاهو

Téhéran (ISNA)- La Première ministre britannique, Theresa May, fait preuve de réticence face à l’appel du Premier ministre israélien au durcissement des sanctions contre l’Iran.

Lors d’une rencontre, le lundi 6 février à Londres, avec son homologue britannique, le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, a appelé les pays « responsables » à suivre l’exemple des États-Unis en demandant de nouvelles sanctions contre l’Iran.

« L’Iran menace l’Europe, il menace l’Occident, il menace le monde et fait provocation sur provocation. C’est pourquoi je salue l’insistance du président Donald Trump concernant de nouvelles sanctions contre l’Iran. Je pense que d’autres pays devraient le suivre », a dit Benyamin Netanyahu cité par Euronews.

Alors que Netanyahu essayait de se concentrer sur l’Iran et les sanctions à son encontre Theresa May a préféré faire preuve de réticence sur cette question, sans manquer toutefois de rappeler son soutien à l’accord sur le nucléaire iranien.

« Je pense que nous pouvons faire bien plus ensemble en regardant vers l’avenir et je suis sûre que nous allons communiquer sur la façon dont nous pouvons construire notre relation. Mais nous allons aussi aborder les questions relatives à la Syrie, à l’Iran et globalement au futur du Moyen-Orient et nous restons déterminés à obtenir une solution à deux États », a-t-elle dit, selon Euronews

Le porte-parole de la Première ministre britannique a indiqué après cette rencontre que Mme Theresa May avait clairement précisé le soutien de Londres à l’accord nucléaire qui a omis, selon ce dernier, pendant plus d’une décennie, l’éventualité d’un accès de l’Iran à l’arme nucléaire. « Ce qui importe, à présent, c’est de superviser minutieusement sa mise en application. Nous devons aussi être vigilants face aux activités déstabilisatrices de l’Iran dans la région », a-t-il également prétendu.

Après ces efforts en vue d’obtenir l’accord de la Première ministre britannique avec le durcissement de sanctions contre l’Iran, le Premier ministre israélien, Benyamin Netanyahu, entend s’en occuper également avec le président américain, Donald Trump, lors de leur prochaine rencontre, qui doit se tenir en ce même mois de février, et qui peut révéler de nouvelles dimensions de la nouvelle politique moyen-orientale de l’administration Trump.

Fin

Commentaires

You are replying to: .