• lun. / 17 avril 2017 / 15:37
  • Catégorie: Politique
  • Code d'info: 96012812515
  • Journaliste : 71453

L’Iran met en garde les Etats-Unis

اولین نشست مطبوعاتی دهمین سخنگوی وزارت خارجه

Téhéran (ISNA)- A l'occasion de sa première conférence de presse depuis le début du nouvel an iranien, le porte-parole de la diplomatie, Bahram Ghassemi, a mis en garde les Etats-Unis contre leur soutien au terrorisme.

Évoquant la politique adoptée par les Américains aussi bien dans la région qu'au Moyen-Orient, Ghassemi a insisté sur le fait que le soutien de Washington au terrorisme ne profitera ni aux Américains ni au reste du monde.

« Les États-Unis payeront le prix de leur appui aux groupes qui sèment la terreur à travers le monde » a prévenu le haut diplomate iranien en allusion à une récente rencontre entre le sénateur républicain américain, John McCain et la cheffe du groupuscule terroriste anti-iranien des Moujahedin-e Khalgh (MOK). Cette rencontre a eu lieu très récemment en Albanie. Le groupuscule en question sur lequel les stratèges de la nouvelle administration US ont visiblement compté pour provoquer un "changement du régime en Iran" est coupable du meurtre des centaines d'Iraniens depuis le début de la Révolution 79. Le MOK est de plus complice des crimes commis par le régime de Saddam contre les minorités kurdes et les chiites d'Irak dans les années 80.

Plus loin dans ses propos, Ghassemi a évoqué les "agissements américains" dans la région.  

Interrogé sur les actions militaires des Washington dans la région et notamment en Syrie où une frappe balistique US a visé le 7 avril une base aérienne, Bahram Ghassemi a affirmé : " Ces agissements s’expliquent surtout par une forme de désœuvrement  qui caractérise la stratégie américaine dans la région. Les agissements US renvoient aux problèmes domestiques avec lesquels la nouvelle administration est aux prises".

Pour le porte-parole de la diplomatie iranienne, “le fait de larguer  "Mère de toutes les bombes" (MOAB) sur une ville afghane ne peut d'aucune façon être justifiée" ni sur le plan militaire ni sur d'autres plans. " Une telle stratégie a déjà fait ses preuves et elle a échoué, a souligné le haut diplomate en allusion aux échecs successifs des Américains en Irak et en Afghanistan.

Vendredi dernier, les USA ont largué MOAB sur Achin dans la province de Nangharhar se targuant d'avoir éliminé "des éléments liés à Daech". Or le groupe terroriste a nié d'avoir perdu ses effectifs. Pour des analystes, la démarche américaine a été surtout un signal en direction de la Russie, de l'Iran et de la Chine et ce, sur le dos de la population afghane qui depuis vendredi multiplie les manifestations contre l'usage de MOAB par les Américains.

Trump a promis de reconduire son exploit en Afghanistan, victime de près de 40 ans de guerre et de violences à al faveur des ingérences US.

Fin

Commentaires

You are replying to: .