• lun. / 15 mai 2017 / 09:13
  • Catégorie: Politique
  • Code d'info: 96022515769
  • Journaliste : 71453

L’accord conclu entre Téhéran, Ankara et Moscou stabilise la Syrie

لاوروف  ظریف چاووش اوغلو

Téhéran (ISNA)- Huit jours après la conclusion de l’accord entre l’Iran, la Turquie et la Russie, Moscou a annoncé lors du sommet d’Astana que la situation en Syrie s’était stabilisée et qu’une sérénité régnait dans ce pays.

La situation dans les 4 zones de désescalade en Syrie s’est stabilisée, a annoncé, ce dimanche 14 mai, le ministère russe de la Défense dans un communiqué.

Le représentant russe au sein de la Commission trilatérale chargée de superviser le suivi du cessez-le-feu en Syrie a enregistré durant ces dernières 24 heures, quatre cas de violation du cessez-le-feu dans la province de Damas, deux à Lattaquié et deux autres dans la province de Hama, a rapporté la chaîne de télévision Russia Today.

Le représentant turc au sein de la commission a, pour sa part, fait état de trois cas de violation dans les provinces de Hama, Idlib et Deraa.

Auparavant, avaient été rapportés des cas de violation de la trêve dans les territoires contrôlés par Daech.

Conformément à l’accord en 6 points conclu entre l’Iran, la Russie et la Turquie, les pays garants du processus des négociations syro-syriennes dont le 4e tour a eu lieu le 4 mai 2017 à Astana, capitale du Kazakhstan, quatre zones de désescalade ont été créées dans les provinces d’Idlib, Homs, dans la Ghouta orientale et Deraa, dans le but de mettre immédiatement fin à la violence et de fournir les conditions pour un retour volontaire et en sécurité des réfugiés.

L’arrêt de tous les affrontements militaires entre les parties belligérantes (les forces pro-Assad et les opposants qui ont rejoint le cessez-le-feu), l’accès des habitants à l’aide humanitaire, la reconstruction des infrastructures, les soins médicaux et le retour des réfugiés sont stipulés dans cet accord.  

Selon le projet, « des zones de sécurité » seront constituées autour de ces « zones de désescalade », avec postes de contrôle et centres de surveillance tenus conjointement par « les forces des pays garants sur la base du consensus », explique l’AFP. 

Le document stipule que la Turquie, l’Iran et la Russie seront les garants de l’accord et qu’ils s’engagent à créer « un groupe de travail commun » dans les cinq jours suivant la signature du document par les protagonistes. Ils se sont engagés à prendre les mesures qui s’imposent dans le cadre de la création de zones de désescalades pour les protagonistes.

Ces mesures visent à poursuivre la lutte contre Daech, le Front al-Nosra et tous les groupes affiliés. Et dans le même temps, les efforts pour faire rejoindre les groupes opposés au cessez-le-feu se poursuivront.  

Fin

Commentaires

You are replying to: .