• sam. / 27 mai 2017 / 10:39
  • Catégorie: Culture et Art
  • Code d'info: 96030603089
  • Journaliste : 71453

Cannes 2017 : Le prix de la Cinéfondation pour « Animal » iranien

جشنواره کن

Téhéran (ISNA)- Le court-métrage iranien, Heyvan, a remporté le deuxième prix de la Cinéfondation de la 70ème édition du Festival de Cannes.

Chaque année, la Cinéfondation, créée sous l'égide du Festival de Cannes, sélectionne quinze à vingt courts et moyens métrages réalisés par des étudiants en école de cinéma de tous les pays. Les prix ont été remis à trois d'entre eux, dont un Français, issu de La Fémis.

De 2.600 candidats à 16 sélectionnés à 3 récompensés. La sélection a été rude. Ils sont finalement trois étudiants à avoir remporté les prix de la Cinéfondation, décernés par le jury présidé par Christian Mungiu et composé de Clotilde Hesme, Athina Rachel Tsangari, Barry Jenkins et Eric Khoo. Les trois gagnants de cette compétition ont été choisis parmi des milliers d'autres candidats en provenance de 626 écoles de cinéma.

Le premier prix a été remis à Valentina Maurel, pour Paul est là, un court-métrage d'une vingtaine de minutes réalisé pour l'Institut Supérieur des Arts (Belgique). En plus de la donation de 15.000 euros récoltée, la jeune réalisatrice est assurée de pouvoir présenter son premier long-métrage au Festival de Cannes. En deuxième position, Heyvan (Animal), réalisé par Bahram et Bahman Ark pour l'Iranian National School of Cinema (Iran). Deux égarés sont morts, le dernier court-métrage primé par le jury a été réalisé par un étudiant français de La Fémis, Tommaso Usberti.

Le film iranien raconte l’histoire d’un homme qui souhaite traverser la frontière, chasse un bélier et décide de s’enfuir déguisé en cet animal.

Depuis vingt ans, la sélection Cinéfondation cherche à préparer la relève de nouvelles générations de cinéastes, en présentant des courts et moyens-métrages d'écoles de cinéma. «En 1998, la Cinéfondation est devenue un tremplin sur concours pour les étudiants des écoles de cinéma du monde. On sème pour l'avenir!», se félicite Gilles Jacob, créateur de la Cinéfondation et président du Festival de Cannes de 2001 à 2014.

Cette année, ce sont seize réalisateurs de quatorze pays différents, dont l'Afrique du Sud, la République dominicaine et le Vietnam, qui ont été invités à Cannes par l'Atelier de la Cinéfondation afin de défendre leurs œuvres devant Christian Mungiu, président du jury, «l'examinateur rêvé pour faire passer le bac du Festival!», remarque Gilles Jacob.

Cet Atelier est un formidable tremplin pour les apprentis cinéastes. Cette année, quatorze anciens élèves de la Cinéfondation se sont retrouvés en sélection officielle au Festival de Cannes. Parmi eux, le réalisateur Hongrois Kornel Munduczo, en lice pour la palme d'or avec White God. Autre enfant chéri de Cannes, le réalisateur Franco-Turque Deniz Gamze Ergüven, dont le film Mustang a été nommé pour l'Oscar du film étranger en 2015.

Les films primés de cette année seront projetés au Cinéma du Panthéon le 30 mai à 19 heures et la totalité de la Sélection sera reprise à la Cinémathèque française les 31 mai et 1er juin.

Fin

Commentaires

You are replying to: .