• mar. / 12 septembre 2017 / 16:09
  • Catégorie: Politique
  • Code d'info: 96062112287
  • Journaliste : 71453

Israël veut "chasser" l'Iran de la Syrie

نتانیاهو

Téhéran (ISNA)- Depuis le refus russo-américain de prendre en compte les exigences israéliennes dans le sud de la Syrie, Israël n'a qu'une obsession : pousser les États-Unis à faire la guerre contre l'Iran.

D'où cette nouvelle campagne de dénigrement et iranophobe que mènent Netanyahu et ses lieutenants à travers le monde. 

Lors de sa rencontre avec le président US à New York, Netanyahu dénoncera donc une nouvelle fois la présence de l’Iran en Syrie et s'opposera à l’accord historique nucléaire.

«L’Iran va bientôt disposer d’une base militaire permanente en Syrie en vertu d’un accord conclu avec Damas», a prétendu d'ailleurs et en ce sens le ministre israélien des Renseignements, Yisrael Katz.

Cité par l’agence d’information turque Anadolu, le ministre israélien a déclaré que « Téhéran et Damas sont en train de conclure un accord visant à renforcer la présence miliaire iranienne en Syrie ».

Lors d'une conférence au Centre Interdisciplinaire d'Herzliya, le ministre du Renseignement a déclaré que « Téhéran s’établira militairement en Syrie grâce à un accord avec le gouvernement syrien qui pourrait être exécuté prochainement, comme cela a été le cas en Russie, avec la signature d’un accord en janvier dernier permettant le renforcement de sa présence militaire dans l’aérodrome de Hmeimim, situé dans la province de Lattaquié, et cela pour une période de 50 ans.»

Yisrael Katz qui est également le ministre des Transports, avance ensuite que « cet accord pourrait représenter une menace permanente non seulement pour Israël mais pour la plupart des pays de la région. »

Les responsables iraniens ont affirmé à plusieurs reprises que la présence de leurs conseillers et militaires en Syrie répondait à une demande expresse de Damas et que l'Iran n'entend d'aucune manière à détenir des bases militaires en Syrie.

Le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu devrait rencontrer la semaine prochaine Donald Trump. Leur entretien portera principalement sur l'annulation ou le remaniement de l’accord nucléaire iranien.

On s’attend sans surprise à ce que Netanyahou délivre encore à la tribune de l’Assemblé général de l’ONU qui s’ouvrira le 19 septembre, un nouveau discours paranoïaque anti-iranien.

Fin