Vitol signe un contrat d’un milliard de dollars avec l’Iran

ویتول

Téhéran (ISNA)- Le plus grand négociant mondial en pétrole, Vitol, a conclu un accord avec la National Iranian Oil Co. (NIOC) pour lui prêter un équivalent de 1 milliard de dollars en euros, garanti par les futures exportations de produits raffinés.

Selon Reuters, l'accord de préfinancement est le premier contrat important de ce genre signé entre l'Iran et une maison de commerce depuis que les sanctions ont été levées au début de 2016. Vitol et NIOC ont refusé de commenter.

Il souligne la vitesse de la reprise de l'industrie pétrolière en Iran juste un an après la levée des sanctions, ce qui permet à Téhéran de récupérer sa part de marché de l'Arabie saoudite.

Il rétablit également de vieilles relations avec des entreprises occidentales, Téhéran bénéficiant non seulement de l'assouplissement des sanctions de l'UE mais aussi de la réduction des restrictions américaines sur son accès aux dollars, dont l'Iran a besoin pour relancer son économie.

Les compagnies étrangères continuent à faire preuve de prudence pour craindre de rompre une myriade de lois complexes, et les majors pétroliers tels que Shell, BP et Eni ont été lents à revenir en tant qu’acheteur de brut.

Les cadres américains sont souvent isolés des négociations avec l'Iran, notamment le PDG de BP, Bob Dudley, et même ceux qui travaillent pour des entreprises non américaines.

Le président élu des Etats-Unis, Donald Trump, a également parlé ouvertement de l'examen de l'accord nucléaire négocié sous l'administration de Barak Obama, ajoutant une nouvelle incertitude.

Mais les maisons de commerce privées sont plus flexibles et peuvent négocier des transactions plus rapidement que les sociétés cotées.

Les commerçants se sont tournés de plus en plus vers le préfinancement ces dernières années pour assurer un accès à long terme à de grands volumes de pétrole et de produits - le système de préfinancement des grands négociants, y compris Vitol, a par exemple maintenu la région irakienne du Kurdistan au cours des deux dernières années.

L'accord iranien de Vitol a été signé en octobre et entrera en vigueur ce mois-ci, a déclaré l'une des sources qui est basée à Téhéran.

"C'est en euros ... avec un taux d'intérêt d'environ 8 pour cent en échange de produits pétroliers", a ajouté la source, ajoutant que certains produits pourraient être fournis par le secteur privé plutôt que par NIOC.

Les principaux producteurs de pétrole brut au Moyen-Orient, dont l'Iran, restent réticents à vendre du pétrole brut aux négociants, car ils préfèrent contrôler eux-mêmes les prix et la destination.

Les négociants ont également cherché à redémarrer les échanges de crus de la mer Caspienne et des produits avec l'Iran, mais le processus a été lent à reprendre.

Le troisième producteur de pétrole de l'OPEP, l'Iran, exporte plus de 500 000 b / j de produits raffinés, principalement du mazout, du gaz de pétrole et du naphta vers les marchés asiatiques, selon l'OPEP.

Fin

Commentaires

You are replying to: .