Le chef de Total a dit à Trump de rester dans l'accord nucléaire iranien

توتال

Téhéran (ISNA)- Le directeur général de la compagnie pétrolière française Total a exhorté Donald Trump à rester fidèle à l'accord nucléaire iranien.

Patrick Pouyanné a déclaré avoir livré le message lors d'un dîner avec M. Trump et d'autres dirigeants européens à Davos en janvier, soulignant l'émergence de Total comme le plus grand champion de l'engagement économique avec l'Iran.

"Quand j'ai eu la chance de dîner avec le président des Etats-Unis, j'ai posé la question [sur l'Iran]", a déclaré M. Pouyanné au Financial Times. "Je pense que Donald Trump a écouté; ça ne veut pas dire qu'il est d'accord. "

Total a signé un accord de plusieurs milliards de dollars en juillet dernier pour développer la prochaine étape de South Pars, premier gazoduc partagé au monde entre l'Iran et le Qatar, marquant ainsi le premier contrat majeur de Téhéran avec une société énergétique occidentale depuis la levée de certaines sanctions internationales en 2016.

M. Pouyanné a souligné que Total est resté "totalement engagé" dans le projet. "Si le cadre, les règles du jeu, changent, bien sûr nous devrons réévaluer", a-t-il déclaré.

M. Trump a menacé de se retirer de l'accord soutenu par son prédécesseur, Barack Obama, pour contenir les ambitions nucléaires de l'Iran à moins que des conditions plus strictes ne soient imposées à Téhéran.

Un retrait américain ramènerait l'Iran "dans le passé" alors qu'il était impossible pour les entreprises européennes d'y opérer, a ajouté M. Pouyanné, en particulier si des sanctions dites secondaires étaient réintroduites contre des entités internationales actives dans le pays.

Total détient une participation de 50,01% dans le projet South Pars et la société d'État chinoise CNPC, 30%, tandis que l'Iran, Petropars, détient le reste. M. Pouyanné a déclaré que le projet «progressait».

M. Pouyanné a reconnu que la vente à CNPC était une possibilité mais a refusé de discuter des arrangements contractuels, tout en soulignant que Total espérait qu'une sortie ne serait pas nécessaire.

Fin

Commentaires

You are replying to: .