Bruxelles/PGAC : navettes politiques de Zarif

ظریف موگرینی

Téhéran (ISNA)- En visite, ce mardi 15 mai, à Bruxelles, le ministre iranien des Affaires étrangères projette de débattre avec ses partenaires européens du maintien du PGAC.

Zarif finit ainsi sa tournée diplomatique après s’être déplacé à Pékin et Moscou pour mener des échanges de vues avec des responsables russes et chinois sur le PGAC.

Dans la foulée de sa navette politique, le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif s’est entretenu, ce mardi 15 mai à Bruxelles, avec la responsable de la politique étrangère de l’Union européenne, Federica Mogherini.

Zarif doit également rencontrer dans la soirée ses homologues français, allemands et britanniques.

Lors de sa visite à Moscou et à Pékin, Zarif s’est entretenu avec ses homologues russe et chinois afin de les mettre au courant des conditions de l’Iran sur le maintien du PGAC et s’informer également des démarches sino-russes dans la matière.

Sur le même volet une délégation iranienne, dirigée par le vice-ministre iranien des Affaires étrangères, Seyyed Abbas Araqchi s’est déplacé hier, lundi 14 mai à Bruxelles, afin de mener des négociations sur l’ordre du jour de la réunion ministérielle de ce mardi.

Dès son arrivée dans la capitale belge, Seyyed Abbas Araqchi a discuté avec la secrétaire générale adjointe du service d’action extérieure de l’Union européenne, Helga Schmid.

Le chef de la diplomatie iranienne a qualifié d’importantes et de constructives ses entrevues avec ses homologues russe et chinois, Sergueï Lavrov et Wang Yi.

« Nous allons bientôt déterminer comment les intérêts de l’Iran seront assurés par le groupe 4+1 auprès du PGAC et comment on pourra maintenir cet important acquis diplomatique », a-t-il réaffirmé.

Les négociations sur la présence ou le retrait de l’Iran du Plan global d’action commun avec les pays membres du groupe 4+1 auront lieu alors que les États-Unis ont inauguré, ce lundi 14 mai, leur ambassade à Qods.

Faisant la sourde oreille à l’opposition russe, chinoise et européenne et de celle de plusieurs autres pays du monde, Donald Trump s’est retiré, mardi 8 mai, du Plan global d’action commun conclu en juillet 2015 entre l’Iran et les « 5+1 ».

Fin

Commentaires

You are replying to: .