Le prix du pétrole iranien grimpe

صادرات نفت ایران

Téhéran (ISNA)- Le prix du brut iranien a connu une hausse de 3,2 dollars et dépassé les 73,79 dollars par baril, la semaine dernière.

Les tensions internationales et les menaces américaines concernant la baisse des exportations du pétrole iranien ont fait grimper les prix du pétrole au cours de ces dernières semaines, n’en finissant plus de battre des records. Le président américain a annoncé le retrait des États-Unis de l’accord nucléaire, le 7 mai, affirmant que les sanctions unilatérales suspendues de Washington contre l’Iran seraient rétablies dans un délai de 90 à 180 jours.

Bien que sa décision ait suscité l’opposition de nombreux pays dont les signataires de l’accord Iran/5+1, notamment les Européens, qui ont lancé de nouvelles tentatives visant à neutraliser les effets des sanctions américaines sur les entreprises européennes, toutefois, le marché pétrolier a connu des fluctuations.

D’après le ministère iranien du Pétrole, le cours du brut léger iranien a connu une hausse de 3,2 dollars, dépassant les 73,79 dollars par baril, et ce alors que le prix moyen du brut léger du pays depuis le début de l’année était de 66,38 dollars.

Les exportations pétrolières et le condensat de gaz iraniens s’élèvent à 2,6 millions de barils par jours, dont 60 % sont exportés en Asie et 40 % en Europe.

Le prix du panier de référence du brut de l’OPEP s’est établi à 73,48 dollars durant la semaine dernière, enregistrant une hausse de 2,74 dollars par baril par rapport à la semaine précédente.

Introduit en 2005, le panier de référence de l’OPEP comprend quatorze types de pétrole, dont le Sahara Blend (Algérie), l’Iran Heavy (Iran), Es-Sider (Libye), Basra Light (Irak), Bonny Light (Nigeria), Arab Light (Arabie Saoudite), Girassol (Angola) et le Mery (Venezuela).

Jeudi, le baril de pétrole Brent a dépassé 80 dollars, pour la première fois depuis novembre 2014. Le cours du baril pour livraison en juillet est monté jusqu’à 80,50 dollars, après avoir franchi le cap des 80 dollars. Il a clôturé à 79,30 dollars, en hausse de 2 cents par rapport au cours de fin de séance la veille.

Pour sa part, le baril de « light sweet crude » (WTI), la référence américaine, pour échéance en juin a terminé stable à 71,49 dollars. Selon des analystes, cette hausse a été alimentée par l’annonce d’un recul des stocks de brut aux États-Unis de 1,4 million de barils et d’une très forte baisse des réserves d’essence de 3,8 millions de barils.

Fin

Commentaires

You are replying to: .