• mer. / 4 juillet 2018 / 12:39
  • Catégorie: Politique
  • Code d'info: 97041307522
  • Journaliste : 71453

Migration : le ministre iranien de l’Intérieur met en garde l’Europe

رحمانی فضلی وزیر کشور

Téhéran (ISNA)- Faisant allusion à l’arrivée de la vague des migrants partis de Syrie et d’Irak vers l’Europe en 2015 et 2016, le ministre iranien de l’Intérieur a déclaré : « En tant que responsable de la sécurité intérieure j’affirme que si nous fermons les yeux pendant 24 heures, plus d’un million de migrants partiront pour l’Europe ».

Le ministre iranien de l’Intérieur Abdolreza Rahmani Fazli a déclaré mardi, lors d’une cérémonie à Téhéran à l’occasion de la Journée internationale de la lutte contre le trafic de drogue, que l’Iran joue un rôle vital dans la lutte contre le trafic de stupéfiants vers l’Europe, et a appelé les États occidentaux à aider sérieusement Téhéran dans la guerre contre la drogue.

Il a déclaré que 3 800 membres des forces de sécurité iraniennes sont tombés en martyrs en luttant contre le trafic de drogues illicites et a averti : « Si nous fermions les yeux pendant 24 heures, 5 000 tonnes de drogues seraient acheminées vers l’Occident par les passages que nous contrôlons. »

Concernant les efforts de l’Iran pour endiguer la vague des migrants, le ministre iranien de l’Intérieur a souligné : « Nous avons vu les problèmes de l’Europe lorsqu’une vague de migrants syriens est partie pour l’Europe. En tant que ministre de l’Intérieur et responsable de la sécurité intérieure, je dis que si nous fermons les yeux pendant 24 heures, plus d’un million de migrants franchiront les frontières occidentales du pays pour aller en Europe. »

Rahmani Fazli a noté qu’il y a près de 700 types de drogues dans le monde. « La production annuelle de drogue en Afghanistan a désormais atteint 9 000 tonnes », a-t-il ajouté.

Il a également mis en garde contre la grande quantité de drogues de synthèse produites dans le monde.

Il a critiqué les pays européens pour leur non-participation à la lutte contre le trafic de drogue que mène la République islamique d’Iran, et a déclaré : « Ils ont même refusé de fournir à l’Iran des détecteurs de rayons X et des chiens renifleurs. »

Rahmani Fazli a déclaré que les drogues, les réfugiés et le terrorisme sont des problèmes internationaux et que les organismes internationaux devraient aider activement les pays qui sont en première ligne de telles guerres, comme l’Iran.

Le Pakistan et l’Afghanistan sont à l’origine de la production et du trafic de divers types de stupéfiants dans la région.

Les escouades anti-drogue de la police iranienne ont intensifié leur campagne nationale contre le trafic de drogue en organisant des opérations systématiques depuis 2010.

Les responsables de la police iranienne soutiennent que la production de drogue en Afghanistan a été multipliée par 40 depuis l’invasion du pays par les États-Unis en 2001.

Les responsables afghans tiennent Washington et l’OTAN pour responsables de l’augmentation de la culture de stupéfiants, affirmant que les envahisseurs ont « négligé » le problème de la drogue depuis leur invasion il y a plus de 16 ans.

Avec PressTV

Fin

Commentaires

You are replying to: .