Chine: le brut iranien, une alternative au brut US

بهره‌برداری از فاز دوم پالایشگاه گازی ستاره خلیج فارس بزرگترین پالایشگاه میعانات گازی جهان

Téhéran (ISNA)- La Chine qui figure parmi les principaux clients du pétrole iranien a annoncé que non seulement, elle ne suspendrait pas ses importations sous la pression des États-Unis, mais qu’elle remplacerait le pétrole brut importé de ce pays par celui de l’Iran.

L'un des responsables de la raffinerie de Dongming dans la province de Shandong, dans l'est de la Chine, a déclaré que cette raffinerie avait cessé d'acheter du pétrole américain et qu'elle avait l’intention d’en importer de l’Iran.

« Le gouvernement chinois a l'intention d’imposer des droits de douane sur le pétrole importé des États-Unis et d’acheter désormais du pétrole de l'Afrique de l'Ouest et du Moyen-Orient, y compris l'Iran », a affirmé ce responsable chinois sous le sceau de l’anonymat, selon le Japon Today.

Il a indiqué que la poursuite de la guerre commerciale entre les États-Unis et la Chine avaient conduit Pékin à décider de remplacer le pétrole américain par celui de l’Iran.

Le gouvernement chinois a par ailleurs décidé d’augmenter ses importations de pétrole du Moyen-Orient, et la question des tarifs douaniers sur le pétrole américain importé est en cours d’examen.

« L'approvisionnement de la Chine en pétrole est une question vitale », a déclaré John Driscoll, directeur de la société de services énergétique JTD.

« La Chine poursuit la politique de troc et ne craint pas d'imposer des tarifs sur les produits américains. Il est question de cesser d’acheter du pétrole des États-Unis et de le remplacer par le brut iranien. En aucune façon, les sanctions et les menaces proférées par Washington ne pourront intimider Pékin », a-t-il poursuivi.

« Les raffineries chinoises n’ont rien encore décidé et les autorités sont en train de dialoguer avec les États-unis pour obtenir une exemption des sanctions américaines, a écrit Japon Today. Actuellement, les importations des États-Unis se poursuivent et la situation est normale. Les négociations avec l’administration américaine se poursuivront jusqu’à octobre dans l’espoir d’obtenir une exemption des sanctions américaines. »

Selon ce rapport, Washington cherche de son côté à trouver d’autres débouchés et il est prêt à faire des rabais.

Le rapport indique que, bien que les droits de douanes n'aient pas encore été imposés sur le pétrole importé des États-Unis, le pétrole figure parmi les produits qui se trouvent sur la liste d’attente.

Fin

Commentaires

You are replying to: .