• mer. / 14 novembre 2018 / 15:00
  • Catégorie: Politique
  • Code d'info: 97082311466
  • Journaliste : 71453

Sanctions contre l'Iran : les Etats-Unis ne font plus consensus

حمید بعیدی نژاد

Téhéran (ISNA)- L'ambassadeur d'Iran à Londres, Hamid Baeidinejad, évoquant les exemptions accordées par Washington à certains pays acheteurs du brut iranien, a souligné que les Etats-Unis n'ont pas réussi à obtenir un consensus international autour de leurs sanctions «implacables» contre Téhéran.

S'exprimant mardi soir, 13 novembre, à l'occasion d'une interview accordée à la chaîne de télévision américaine, CNN, l'ambassadeur iranien en poste à Londres, a ajouté que la politique de Washington envers l'Iran est un tissu de contradictions.

«D'une part, les Américains recherchent un dialogue et des négociations au plus haut niveau et de l'autre ils avancent à cette fin des conditions impossibles»!

Revenant aux propos tenus par le Secrétaire d'Etat américain qui avait a déclaré que si l'Iran voulait nourrir son peuple, il doit écouter les Etats-Unis, le diplomate iranien a qualifié de «déplorable» et de «catastrophique» le langage de menace des autorités américaines qui est ni « habituel» ni «intelligible».

«Ils (les Américains) ont lancé une guerre psychologique pour terroriser notre peuple et saper notre économie, mais nous avons progressivement trouvé les moyens d'assurer nos exportations de pétrole», a encore déclaré Baeidinejad à propos de l'impact des sanctions américaines sur l'Iran.

Interrogé sur la solution iranienne face aux sanctions pour vendre son pétrole, le diplomate a répondu: «Nous avons des alternatives et des expériences du passé».

«La différence entre cette période de sanctions marquée par Trump et celles des gouvernements précédents c'est que les autres pays ne veulent plus s'aligner sur la position américaine. Dans une telle conjoncture, nous aurons assez d’outils pour continuer nos exportations de pétrole», a-t-il fait remarquer.

En réponse à une autre question sur le retrait des entreprises après les menaces des sanctions américaines contre l'Iran, Hamid Baeidinejad, a déclaré que Téhéran n'est pas heureux de voir que des entreprises internatioanles le quittent à cause des pressions américaines, avant de faire savoir que les petites et moyennes entreprises ont toujours tendance à travailler en Iran.

«À cet égard, nous avons établi des contacts étroits avec l'Union européenne afin de garantir la poursuite des activités des petites et moyennes entreprises en Iran», a-t-il renchéri.

Fin

Commentaires

You are replying to: .