L’Iran poursuit ses tests de missiles

سردار ابوالفضل شکارچی

Téhéran (ISNA)- Le porte-parole des forces armées iraniennes a annoncé que les tests de missile se poursuivraient.

Au sujet de la position des États-Unis envers le programme balistique de l’Iran, le général Abolfazl Chekartchi a indiqué : « Les tests de missile et le pouvoir défensif de la République islamique d’Iran ne cesseront d’être au service du pouvoir de dissuasion du pays. »

« Notre position n’est pas négociable, car elle concerne directement la sécurité nationale. Nous n’avons pas besoin de demander la permission à qui que ce soit pour en décider ainsi ! », a-t-il martelé.

Et de poursuivre : « Nous assurons aux pays de la région que l’Iran ne menace nullement leurs intérêts. Notre programme vise à développer notre pouvoir de dissuasion et notre défense… Si les États-Unis et leurs alliés commettent la moindre erreur stratégique dans la région, l’Iran leur assènera une gifle dont ils se souviendront pendant longtemps. »

Par ailleurs, à l’issue de la séance de ce dimanche de la Commission parlementaire de la sécurité nationale d’Iran, le chef de la diplomatie iranienne Mohammad Javad Zarif n’a pas tardé non plus à répondre aux propos de Mike Pompeo. « C’est Pompeo qui ne respecte nullement la résolution 2231. Ce sont les États-Unis qui se sont retirés d’un accord international comme le PGAC ; et ils décident de sanctionner les autres pays ! », a-t-il déclaré.

« Nous n’attendons rien d’autre de Pompeo. Surtout qu’il n’a pas compris l’essence du PGAC. Ceux qui le connaissent savent que les missiles ne sont pas interdits par l’accord. La résolution 2231 ne comporte pas d’obligation en ce sens pour l’Iran et elle ne porte que sur des missiles conçus pour être équipés d’ogives nucléaires », a-t-il expliqué.

« L’Iran ne cherche pas à fabriquer la bombe nucléaire. Les missiles que nous produisons ne sont pas faits pour porter une ogive nucléaire. »

M. Zarif a expliqué que « les missiles produits par l’Iran sont conçus pour des ogives conventionnelles. L’arme nucléaire n’a pas besoin d’une précision de frappe. Sa conception nécessite beaucoup d’argent. Or, les récentes attaques aux missiles de l’Iran contre les terroristes en Syrie ont montré combien la précision de frappe de nos missiles est élevée ».

Fin

Commentaires

You are replying to: .