Moscou : « Ne provoquez pas le retrait de l’Iran du PGAC »

پسکوف

Téhéran (ISNA)- Le porte-parole du président russe a averti les parties signataires du Plan global d’action conjoint (PGAC) de ne pas provoquer la sortie de l’Iran de l’accord.

Dmitri Peskov a déclaré qu’« il n’existe aucun plan alternatif pour le programme et la Russie souhaite maintenir cet accord presque comme n’importe quel autre pays. Nous invitons tout le monde à ne pas provoquer le retrait de l’Iran de l’accord ».

« Nous pensons qu’une telle action [le retrait de l’Iran du PGAC] aurait des conséquences très négatives, raison pour laquelle nous condamnons le retrait unilatéral des États-Unis », a-t-il déclaré.

Selon Peskov, les sanctions de Washington contre Téhéran, qui sont contraires à la décision du Conseil de sécurité des Nations unies, ne devraient pas empêcher la coopération économique et commerciale entre les autres grands pays du monde et l’Iran.

« La Russie entretient des relations étroites et de longue date avec l’Iran, pays qui joue un rôle très important dans les affaires régionales et dans le processus de règlement de la crise en Syrie. La minimisation du rôle de l’Iran est aberrante et irrationnelle », a-t-il indiqué.

L’Iran est soumis au régime de vérification nucléaire le plus solide du monde dans le cadre du PGAC, ce qui constitue un progrès significatif en termes de vérifications. À ce jour, l’AIEA peut confirmer que les engagements liés au nucléaire sont mis en œuvre par l’Iran, avait affirmé Yukiya Amano, directeur général de l’AIEA, dans un communiqué.

En ayant recours au terrorisme économique, aux sanctions unilatérales et à la pression sur la communauté internationale, le président américain Donald Trump a cherché en vain à créer une guerre psychologique et à isoler l’Iran.

Les États-Unis ont décrété de façon unilatérale des régimes de sanctions contre l’Iran pour affecter son secteur économique. La communauté internationale ne les a pas approuvés et Trump a été contraint de les alléger.

Les autorités iraniennes assurent que les nouvelles sanctions américaines sont purement médiatiques, visant à provoquer un impact psychologique sur l’opinion publique.

Fin

Commentaires

You are replying to: .