• mer. / 29 mai 2019 / 14:46
  • Catégorie: Science
  • Code d'info: 98030803479
  • Journaliste : 71453

Les sanctions américaines menacent la santé et la sécurité alimentaire de la région

Téhéran (ISNA)- Le chef de l’Organisation iranienne vétérinaire a critiqué les sanctions oppressives américaines imposées par le gouvernement américain contre la République islamique d’Iran, affirmant que les régimes de restrictions menaçaient l’Iran et la région sur deux plans sanitaires : la sécurité alimentaire et les produits à base de protéines.

« Nous pensons que pour parvenir à une stratégie unanime de santé mondiale, nous avons besoin de la participation de tous les pays. L'Iran est un pays clé dans la région, qui veut jouer pleinement son rôle pour contrôler et éradiquer les maladies animales et celles qui sont transmissibles entre l’homme et l’animal », a déclaré Alireza Rafieïpour, lors de son intervention à la 87e Session générale de l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE), à Paris.

S’attardant sur les conséquences dangereuses et extrarégionales des régimes de restrictions américaines, ce représentant iranien a ajouté : « Les sanctions américaines ont eu un impact négatif sur le commerce des médicaments, des denrées alimentaires et des produits d'origine animale, car les obstacles qui entravent  la fourniture de médicaments, de kits sanitaires et de vaccins posent de nombreux problèmes, ce qui peut arriver à n’importe quel  pays ».

Lors de la réunion, il a appelé l'Organisation mondiale de la santé animale (OIE)  à se pencher sur la question en vue d'adopter des solutions appropriées à ses risques pour la santé.

La nécessité de combattre les maladies animales au niveau mondial a conduit à la création de l'Office international des épizooties grâce à l'Accord international signé le 25 janvier 1924. En mai 2003, l'Office est devenu l'Organisation Mondiale de la Santé Animale mais a gardé son acronyme historique OIE.

L'OIE est l'organisation intergouvernementale chargée d'améliorer la santé animale dans le monde.

Fin

Commentaires

You are replying to: .