• mer. / 10 juillet 2019 / 16:37
  • Catégorie: Politique
  • Code d'info: 98041910276
  • Journaliste : 71453

Conseil extraordinaire de l'AIEA sur demande US pour parler du PGAC: «dérisoire», dit Rohani

حاشیه آخرین نشست هیات دولت در سال 93

Téhéran (ISNA)- «Dérisoire», c’est ainsi qu’a qualifié le Président Rohani, la réunion extraordinaire de l'AIEA le 10 juillet, sur demande de Washington, pour parler des récentes décisions iraniennes liées au Plan global d’action commun sur le nucléaire iranien (PGAC) duquel les Etats-Unis de Trump se sont retries.

Hassan Rohani a déclaré mercredi lors d'une réunion du cabinet que « les Américains avaient demandé au Conseil des gouverneurs une session extraordinaire sur les raisons pour lesquelles l'Iran avait réduit certains de ses engagements. C'est une histoire amusante, car les Américains ont tout sapé, mais aucune réunion n'a été organisée pour enquêter sur leur violation de l’accord multilatéral nucléaire (PGAC) ».

Réagissant aux inquiétudes affichées par la partie européenne après la réduction par l’Iran (à l’issu d’une année de la patience stratégique) certains de ses engagements liées à l’accord nucléaire de 2015, 

Le président Rohani s’adresse aux Européens pour leur dire : « Ce n’est pas la peine de vous préoccuper par les mesures de l’Iran. Il vaut mieux peut-être de vous préoccuper plutôt par les Etats-Unis qui se sont entièrement désengagés du PGAC et qui l’ont piétiné et qui continuent toujours à menacer toutes les obligations internationales ».

« La République islamique d'Iran agit et réagi dans le cadre de l’accord de Vienne. Nous ne sommes pas un violateur des structures et  nous ne l’avons pas brisé. Nous vous avons donné 14 mois et nous vous avons accordé encore un nouveau délai de deux mois à l’issu de notre deuxième phase (de réduction des engagements pour faire agir les européens), a déclaré Rohani avant de qualifier de justes et légales les décisions de l’Iran.

Fin

Commentaires

You are replying to: .