• jeu. / 11 juillet 2019 / 13:00
  • Catégorie: Politique
  • Code d'info: 98042010564
  • Journaliste : 71612

Réaction de Zarif à la revendication de l’arraisonnement du pétrolier britannique par le CGRI

zarif_0.jpg

Téhéran (ISNA)- « Les Britanniques revendiquent quelque chose qui n’a aucune valeur », a déclaré le chef de la diplomatie iranienne, en réaction à la revendication de la saisie d'un pétrolier britannique par le CGRI.

En marge du Congrès des gouverneurs du pays au ministère iranien de l’Intérieur, répondant à une question sur le fait que la revendication du Royaume-Uni est-elle juste? le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif, a précisé que les Britanniques ont posé une revendication afin de créer la tension et cette revendication n’a aucune valeur et ils ont beaucoup soulevées ce genre de revendication.

Expliquant sur la question sur le fait qu’alors, le Corps des Gardiens de la Révolution Islamique (CGRI) n’a pas arraisonné le pétrolier britannique? M. Zarif a répondu que c’est le CGRI qui doit la rejetée, mais ces mots sont pour couvrir leurs (les Britanniques) points de faiblesse.

Soulignant sur la possibilité de la négociation avec les Etats-Unis, le ministre iranien a évoqué que l’Iran n’a jamais quitté la tables des négociations. "Les Etats-Unis étaient présents lors des réunions de la Commission mixte de 5+1 jusqu’en mars 2018, mais c'est eux-mêmes qui ont quitté la table des négociations et maintenant, ils font de fausses déclarations afin de faire tromper qu’ils sont prêts à négocier mais discuter avec le terrorisme ne convient pas. Eux-mêmes ne négocient pas avec les terroristes et l’Iran ne négociera pas avec les pays qui ont imposé du terrorisme économique envers le peuple iranien", a-t-il insisté.

M. Zarif a également annoncé son voyage à New York pour participer à la conférence du Conseil économique et social de l’ONU (ECOSOC) et sa visite à Caracas pour se présenter à la conférence du Mouvement des non-alignés (MNA). Il a souligné qu’il se rendra également à deux autres pays de l’Amérique latine.

Fin

Commentaires

You are replying to: .