• lun. / 22 juillet 2019 / 15:39
  • Catégorie: Economie
  • Code d'info: 98043116466
  • Journaliste : 71612

Le brut iranien n'a pas de rival

بازی دو سر باخت آمریکا با عدم تمدید معافیت از تحریم نفت ایران

Téhéran (ISNA)- Pendant que l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, sous le drapeau des Etats-Unis, essayent de supprimer le brut iranien du marché international, le ministre iranien du Pétrole, Bijan Namdar Zanganeh, a déclaré, à mainte reprise qu’aucun pays ne pourra remplacer le brut iranien.

Alors que les Etats-Unis essayent d’arriver à leur but qui est de réduire à zéro l’exportation du brut iranien en mettant la pression sur les différents pays, non seulement les autorités iraniennes mais aussi beaucoup d’analyseurs internationaux, le considèrent comme cru et immesuré.

Malgré que l’Arabie saoudite est devenu l’ami intime des Etats-Unis afin qu’il puisse supprimer l’Iran du marché pétrolier international, mais jusqu’à maintenant, il n’y a pas parvenu. M. Namdar Zanganeh a insisté sur ce sujet « qu’aucun pays ne pourra pas prendre la place du brut iranien » et l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis ont leurs plan de production et cela ne veut pas dire que ces pays ont pu remplacer l’Iran.

Selon le ministre iranien du Pétrole, l’Arabie saoudite et les Emirats arabes unis, en minimisant les événements et avec la publicité, n’autorisent pas la hausse du prix du pétrole et garde le prix bas de force qui sont des actions menées sur le marché par quelques pays dans l’intérêt des États-Unis et du régime sioniste et à la volonté de ces deux pays. M. Namdar Zanganeh croit que cela est au détriment du peuple, des pays membres de l'OPEP (Organisation des pays exportateur du pétrole) et des producteurs du brut et même au détriment des consomateurs.

Le vice-président de la Commission de l’énergie du Parlement iranien, Hossein Amiri-Khamkani, pense que « ces actions montrent qu’ils ne peuvent pas fournir le marché de la vente de 2.5 millions de barils de brut iranien afin que les prix ne montent pas. Donc, les prévisions disent que les non- exemptions causent la hausse des prix et c’est ce que craint Donald Trump, président américain. Par conséquent, nous pouvons dire dans cette situation qu’il est peu probable que la vente du pétrole iranien arrive à zéro ».

Mais l’assistant spécial du président du parlement islamique d’Iran, Hossein Amir-Abdollahian, a écrit sur sa page Twitter que « la pression en croissance du gouvernement américain pour changer le gouvernement au Venezuela, riche en pétrole, montre que le brut iranien n’a pas de rival dans le monde. L’Iran continuera à exporter du brut avec puissance et sans limite. Le peuple du Venezuela a dit "non" à Donald Trump assoiffé "des pétrodollars" et décide il-même ».

Egalement un expert du domaine de l’énergie, a déclaré à l’Agence de presse ISNA à ce sujet que remplacer le brut iranien à long terme n’est pas possible car en réalité, on ne peut pas supprimer un exportateur comme l’Iran du marché international.

Fin  

Commentaires

You are replying to: .