• mer. / 16 octobre 2019 / 13:39
  • Catégorie: Politique
  • Code d'info: 98072418515
  • Journaliste : 71453

Rencontre de Zarif avec la ministre sud-africaine des AE

ظریف

Téhéran (ISNA)- La ministre sud-africaine des Affaires étrangères, Naledi Pandor, qui est en visite à Téhéran a tenu une rencontre aujourd’hui (mercredi) avec le chef de la diplomatie iranienne, Mohammad Javad Zarif.

Afin de tenir des discussions bilatérales et également participer à la 14ème Commission mixte Iran-Afrique du Sud, la ministre sud-africaine des Affaires étrangères s’est rendue ce matin (mercredi) à Téhéran.

La 14ème session de la Commission mixte Iran-Afrique du Sud a été tenue en présence des deux ministres.

Lors de cette réunion, le chef de la diplomatie iranienne a précisé sur les bonnes relations politiques et des points de vue communs des deux pays dans plusieurs questions régionales et internationales comme celle de la Palestine, des droits de l’homme, de la nécessité de réviser la structure des Nations unies et du Conseil de sécurité, de la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme, de l’utilisation pacifique de l’énergie nucléaire, des coopérations Sud-Sud et de la coopération des organisations internationales et les efforts précieux des deux pays pour la paix et la stabilité mondiales.

M. Zarif a également espéré que les relations économiques et commerciales, techniques et scientifiques entre les deux pays soient renforcées en présence active des secteurs publics et privés.

Il a ensuite souligné que malheureusement, l’Europe a montré qu’il est incapable de tenir ses engagements et on n’a pas vu d’action efficace de leur part pour compenser le retrait des Etats-Unis de l’accord nucléaire (Plan global d’action conjoint- PGAC).

« Alors, la patience stratégique d’Iran a pris fin et a stoppé ses engagements en trois étapes totalement légales selon les articles du PGAC », a-t-il déclaré, ajoutant que les mesures nécessaires seront prises dans les prochaines étapes si l’autre partie ne revienne pas à l’application de ses obligation.

Fin

Commentaires

You are replying to: .