• mar. / 5 novembre 2019 / 09:46
  • Catégorie: Politique
  • Code d'info: 98081408166
  • Journaliste : 71453

Les Etats-Unis ne peuvent pas remplacer les positions du bourreau et de la victime avec la rhétorique et la sanction

سید عباس موسوی . سخنگوی وزارت امور خارجه

Téhéran (ISNA)- Le porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, Seyed Abbas Moussavi, a condamné l'imposition par les Etats-Unis de nouvelles sanctions à l'encontre d'un certain nombre de ressortissants iraniens, ainsi qu'une déclaration anti-iranienne publiée par la Maison Blanche à l'occasion du 40e anniversaire de la saisie de l'ambassade américaine.

Dans une déclaration publiée lundi, M. Moussavi a condamné les sanctions unilatérales et futiles récemment imposées par le département du Trésor américain à plusieurs individus iraniens.
« La dépendance du régime américain aux sanctions unilatérales a placé les hommes d'État de ce régime dans une position totalement passive, dans laquelle ils annoncent des sanctions creuses de temps en temps afin de se soulager et d'échapper à la frustration causée par leur échec contre la volonté de fer de la nation iranienne », a déclaré le porte-parole de la diplomatie iranienne.
« Comme nous l'avons annoncé à maintes reprises, de telles mesures ne font que révéler le désespoir de ce régime et son incapacité à utiliser des solutions diplomatiques ou logiques, qui peuvent être évaluées dans le cadre de l'approche de l'intimidation des États-Unis à l'égard des autres pays et des grands problèmes internationaux et mondiaux », a-t-il ajouté.
Le porte-parole a en outre critiqué une déclaration publiée par la Maison Blanche le 4 novembre, la décrivant comme une déformation de la réalité et flagrante.
« Par la propagande et le brouhaha et en utilisant un langage impoli et non-diplomatique, la Maison Blanche tente toujours de donner une image déformée de la réalité et de déformer l'histoire en maintenant ouverte une affaire déjà close qui a été réglée et clôturée il y a 40 ans par les accords d'Alger entre gouvernements iranien et américain », a souligné M. Moussavi.
Il a poursuivi en affirmant que l’administration américaine ne pouvait cacher les crimes qu’elle avait commis contre la nation iranienne de ceux du coup d’État de 1953, puis du vol, du pillage, du meurtre et du terrorisme économique par une telle rhétorique, et de remplacer les positions du bourreau et de la victime.
« Ce que l'administration américaine a attribué à l'Iran, c'est bien ce que la nation iranienne et d'autres nations du monde exigent du gouvernement américain. C'est à l'administration américaine de mettre fin au terrorisme - en particulier son soutien au terrorisme de le régime sioniste qui pille les ressources des autres pays - ainsi que la piraterie, le terrorisme économique et d’autres comportements anormaux et inhabituels - et choisit plutôt une voie civilisée, sage et légale ", a-t-il affirmé.

Fin

Commentaires

You are replying to: .