• mar. / 19 mai 2020 / 11:59
  • Catégorie: Politique
  • Code d'info: 99023021672
  • Journaliste : 71612

Kharrazi : Le monde a besoin d'un nouveau système multilatéral et d'une démocratie mondiale

Kharrazi : Le monde a besoin d'un nouveau système multilatéral et d'une démocratie mondiale

Téhéran (ISNA)- Estimant que le multilatéralisme dans les relations internationales est inefficace dans sa forme actuelle, le chef du Conseil stratégique des relations étrangères d’Iran a suggéré un nouveau système multilatéral et a déclaré que la communauté internationale a besoin de former une "démocratie mondiale".

Lors de son discours à la troisième session de la Conférence annuelle de la Fondation des Leaders pour la Paix qui a été organisée en ligne en raison de la pandémie du Coronavirus, soulignant les effets néfastes des politiques unilatéraux du gouvernement américain et l'intensification des défis et des crises internationaux, Kamal Kharrazi, chef du Conseil stratégique des relations étrangères d’Iran a déclaré que "l'unilatéralisme est un poison mortel pour la communauté internationale et complique la situation actuelle du monde".

Evoquant que pour contrôler et de lutter efficacement avec le Coronavirus, il est nécessaire d'avoir de la solidarité et de la coopération au niveau international axé sur l'Organisation mondiale de la santé (OMS), M. Kharrazi a rappelé que "dans ce cadre, le Secrétaire général de l'Organisation des Nations Unies et de nombreux autres pays ont insisté sur la nécessité de mettre fin aux conflits et de lever les sanctions contre des pays comme l'Iran, qui ont un financement limité pour l'achat de médicaments et de matériel médical pour lutter contre le Coronavirus".

Insistant sur la nécessité d'empêcher l'ingérence politique des grandes puissances dans les institutions internationales telles que l'OMS, le Fonds monétaire international (FMI), la Banque mondiale, etc. , le chef du Conseil stratégique des relations étrangères d’Iran a précisé que lorsque les institutions internationales sont influencées par les grandes puissances, les pays du Sud perdent leur confiance en ces institutions. Par exemple, le FMI n'a pas encore répondu à la demande d’accorder de prêt à l'Iran pour faire face au COVID-19.

La troisième session de la Conférence annuelle de la Fondation des Leaders pour la Paix, présidée par Jean-Pierre Raffarin, ancien Premier-ministre français a été tenu par vidéoconférence lundi le 18 mai 2020. Trente-sept responsables et personnalités politiques et internationales dont les ex-Premiers ministres et des ex-ministres des Affaires étrangères de différents pays ont été présents à cette conférence.

Fin

Commentaires

You are replying to: .