• mar. / 20 octobre 2020 / 17:13
  • Catégorie: Culture et Art
  • Code d'info: 99072921700
  • Journaliste : 71612

Zoom sur le cinéma iranien au Festival de Cannes

Zoom sur le cinéma iranien au Festival de Cannes

Téhéran (ISNA)- Comme dans les années précédentes, l'association cannoise du septième art de Cannes en France organise une soirée spéciale sous le nom de "Zoom sur le cinéma d'Iran".

Cette année, ce programme spécial qui sera organisé le 22 octobre, projettera deux films iraniens intitulés " Valderama" réalisé par Abbas Amini et "Israfil" d'Ida Panahandeh.

Des enseignants et des étudiants des lycées supérieurs de la ville de Nice ont également été invités à regarder ces deux films iraniens.

Ces dernières années, des films iraniens ont été projetés dans la soirée spéciale de Zoom sur le cinéma d'Iran dont "Malaria" réalisé par Parviz Shahbazi, "Dressage" de Pouya Badkoubeh, "Parting" réalisé par Navid Mahmoudi et " African Violet" de Mona Zandi.

Sa crinière sauvage ressemble à celle de la star du football Carlos Valderrama, et M. Amini a même adopté le nom de son idole. Il n’a aucun document, aucune famille et aucune identité officielle. Un jour, après une rencontre fatidique, il est contraint de quitter la ville à la hâte. Maintenant, il doit se battre pour survivre dans la grande ville, à Téhéran, où il rencontre d’autres personnes qui vivent en marge de la société. Valderama doit trouver un moyen d’obtenir de l’argent et un passeport s’il veut y arriver.

Israfil raconte l'histoire de Mahi qui est une veuve en deuil de son fils unique. Elle rencontre un jour par hasard Behrooz, un amour d’adolescence qui avait fui l’Iran suite au scandale causé par leur relation. En dépit des objections de leurs familles, l’ancien amour commence à renaître. Cependant, Mahi découvre que Behrooz est déjà en couple avec Sara, qui à son tour apprend les amours passées de son fiancé. Elle hésite alors à se marier avec Behrooz et émigre au Canada.

Fin

Commentaires

You are replying to: .