• jeu. / 10 janvier 2019 / 09:30
  • Catégorie: Politique
  • Code d'info: 97102010805
  • Journaliste : 71453

Anniversaire du soulèvement populaire de Qom contre le régime Pahlavi

دیدار جمعی از خانواده‌های شهدای دفاع مقدس و مدافع حرم با مقام معظم رهبری

Téhéran (ISNA)- Le Leader de la Révolution islamique a reçu en audience, ce mercredi 9 janvier, des milliers d’habitants de la ville sainte de Qom, à l’occasion du jour anniversaire du soulèvement historique du peuple contre le régime Pahlavi.

« En janvier 1978, le président américain de l'époque Jimmy Carter s'est rendu à Téhéran où il a fait l'éloge du Chah d’Iran qui avait fait selon lui, de l’Iran « un  havre de stabilité » ; Les Américains se moquaient du régime pion du Shah.  À peine dix jours après cette visite, les habitants de Qom se soulevèrent contre le régime monarchique stipendié.  Et leur mouvement s'est étendu ensuite à Tabriz où le peuple se révolta contre le régime et leur révolte s'est répandu à travers tout le pays. Les manifestations populaires se succédèrent alors et se poursuivirent jusqu’à l’anéantissement du régime pro-américain du Shah. C’est ainsi que les Américains se sont trompés dans leur calcule et que la réalité a démenti toutes les prévisions aux États-Unis; En effet les Américains se trompent presque toujours », a souligné le Leader de la Révolution lors de sa rencontre avec les habitants de la ville de Qom, dans le centre de l’Iran.   

Pour le Leader de la Révolution islamique, le soulèvement populaire de Qom a été de loin le premier soulèvement populaire contre le « néolibéralisme américain »  qui est aujourd'hui largement contesté en Occident et auquel s'oppose le système qui s'inspire des préceptes de l’islam. Pour l’Ayatollah Khamenei, "l'hostilité qu'alimente les Etats-Unis envers la Révolution islamique est essentielle dans la mesure où « l’Iran occupe une place stratégique de choix dans la région et dans le monde».

"Aux premières années de la Révolution, colère et hostilité américaine contre l'Iran renvoyait au fait que Washington avait perdu un allié important du Moyen-Orient, une riche en grandes ressources naturelle. Mais progressivement et à mesure que se révélait la nature anti-libéralisme de la RII, cette hostilité s'amplifiait...En effet, le cri « mort à l’Amérique », à cette Amérique maximalisme et impériale, n'a cessé de susciter la sympathie et la faveur d'autres nations, a souligné le Leader avant d'ajouter : " La politique iranophobe, islamophobe et anti-chiite des Etats-Unis vient de là, de ce message largement compris et approuvé par les nations qui loin d'être hostiles à l'Iran, nourrissent du respect et de la sympathie à son encontre".

 Plus loin dans ses propos, le Leader de la Révolution islamique a indiqué « les sanctions américaines" certes "embarrassantes" mais qui se retournent paradoxalement contre ceux qui les ont décidées : « Les sanctions les plus draconiennes du monde ont visé l'Iran pendant la guerre des années 80 sans qu'elles puissent en quoi que ce soit nous handicaper. Ces sanctions ont au contraire favorisé l’épanouissement des pans entiers de notre industrie, nous érigeant parmi les premières puissances de la région». 

Fin