• mer. / 6 février 2019 / 12:35
  • Catégorie: Politique
  • Code d'info: 97111709530
  • Journaliste : 71612

Salehi : L’Iran teste la huitième génération des centrifugeuses

علی اکبر ثالحی

Téhéran (ISNA)- « L’Iran est prêt à transmettre ses expériences aux pays de la région dans le domaine de la science et de l’industrie nucléaire et de la construction des centrales de recherches », a déclaré le président de l’Organisation iranienne de l’Energie atomique (OIEA).

« Les coopérations nucléaires peuvent restituées la confiance perdue entre l’Iran et les pays riverains du Golfe Persique », a ajouté le président de l’OIEA, Ali Akbar Salehi.

« Les propos déclarés par certains pays arabes sur le fait que les centrales nucléaires d’Iran ne sont pas sûres sont faux et la sûreté des installations nucléaires sont sous contrôle de l’Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) », a souligné M. Salehi.

Déclarant qu’aujourd’hui l’Iran a la capacité d’enrichir l’uranium dans tous les hauts niveaux, M. Salehi a précisé qu’après la fin de l’accord nucléaire, l’Iran pourra produire des centrifugeuses qu’il voudra.

« L’Iran est en train de tester la huitième génération des centrifugeuses et cela durera entre 5 à 6 ans », a-t-il ajouté.

« Les activités d’Iran sont dans le cadre de l’accord nucléaire (PGAC) qui n’est pas un obstacle pour nos activités de recherches sur les centrifugeuses modernes », a évoqué le président de l’OIEA.

« L’Iran espère que les Européens tiennent leurs promesses de coopération pour créer le nouveau plan des centrifugeuses et s’ils manquent de travail, l’Iran aura beaucoup d’option mais  nous ne voulons pas faire cela », a souligné M. Salehi.

« Si l’Iran décide de revenir à l’ère de préaccord nucléaire, il pourra élever le taux de l’enrichissement autant qu’il voudra et en cas d’absence de l’accord nucléaire, il sera libre dans ses activités et cela se peut que l’Iran reverra ses conceptions », a-t-il continué.

Répondant à la question sur le retour de l’Iran aux négociations nucléaires, M. Salehi a ajouté qu’en 2013, des négociations bilatérales secrètes ont été tenues entre l’Iran et les Etats-Unis suite à leurs demandes avec la médiation d’Oman.

Fin