• lun. / 11 février 2019 / 12:21
  • Catégorie: Politique
  • Code d'info: 97112211338
  • Journaliste : 71453

L’Iran fête sa 40ème année de Révolution islamique

راهپیمایی ۲۲ بهمن در آغاز چهلمین سال پیروزی انقلاب

Téhéran (ISNA)- La marche de 22 Bahman (le 11 février) qui représente la grande fête de la Révolution islamique en Iran, est organisée dans tout le pays.

Des millions d’Iraniens ont descendu aujourd'hui lundi dans la rue à Téhéran et dans d’autres villes iraniennes pour participer à des manifestations à travers le pays pour célébrer le 40ième anniversaire de la victoire de la Révolution islamique d’Iran de 1979 qui a mis fin au règne de la dynastie Pahlavie et à la dépendance du pays au régimes impérialistes.

Depuis 9 heures du matin (heure locale), la grande marche de la nation iranienne dans plus de mille villes et 10 mille villages partout dans le pays a commencé avec le slogan de « Fier du passé, Espoir à l’avenir ».

Plus de 6500 journalistes iraniens et étrangers couvrent cette cérémonie et 200 invités étrangers qui sont des personnalités politiques, religieuses, sportives et universitaires venues des Etats-Unis, de la France, de la Grande-Bretagne, de l’Irlande, du Venezuela et d’autres pays participent à cette fête.

Cette cérémonie sera également tenue dans plus de 86 départements d’attachées culturelles iraniens à l’étranger.

La Marche grandiose du 11 févier pour fêter les 40 ans de la Révolution populaire islamique intervient également au moment où en été 2017, à ses amis terroristes (les Moudjahidins du peuple (OMK)) réunis à Paris pour leur show annuel, John Bolton promettait que Téhéran ne fêterait pas son 40e anniversaire. La prévision du faucon, qui allait devenir quelques mois plus tard conseiller à la sécurité nationale de Donald Trump, n’avait pas de chances de se réaliser et se heurte à des vents contraires, des vents puissants qui émanent des réalités de l’Iran dont ils sont déconnectées. Ce n’est pas étonnant si la nation iranienne n’abandonne pas « A bas les Etats-Unis » qui vise, bien sûr, comme l’a souligné le Guide suprême de la République islamique, la classe politique dirigeante US et non pas le peuple américain.

Fin