• sam. / 7 septembre 2019 / 11:08
  • Catégorie: Politique
  • Code d'info: 98061608015
  • Journaliste : 71453

PGAC : L’Iran explique les détails du troisième pas de réduction de ses engagements

سخنرانی کمالوندی در نمایشگاه مطبوعات

Téhéran (ISNA)- Le porte-parole de l’Organisation iranienne de l’Energie atomique (OIEA) a expliqué les plans du troisième pas de réduction des engagements de l’Iran vis-à-vis du Plan global d’action conjoint (PGAC).

« Selon les documents en amont, dans de différentes dimensions du domaine industriel, le développement des centrales nucléaires et le programme de l’enrichissement du pays pour 1 million de SWU en 15 ans a été mis à l’ordre du travail », a affirmé le porte-parole de l’OIEA, Behrouz Kamalvandi.

Soulignant l’ordre récente du président iranien pour débuter la troisième étape, Behrouz Kamalvandi a déclaré qu’après la signature du PGAC, « nous étions confronté ouvertement à non-engagement » et il y a eu des problèmes dont le plus grand était le retrait des Etats-Unis de cet accord. « Par la suite, l’Iran a décidé d’instaurer une équilibre qui était soit l’autre partie revient à ses engagements soit l’Iran crée une équilibre en réduisant ses obligations », a-t-il ajouté.

Se référant aux huit questions négociées qui comprennent des restrictions dans le PGAC (le réacteur à eau lourde, l’usine de la production de l’eau lourde, le retraitement du combustible usé, l’enrichissement en capacité et niveau, la recherche et le développement, le site de Fordo, le niveau des réserves et la surveillance et l’accès de l’Agence internationale de l’Energie atomique), M. Kamalvandi a souligné que pour le moment nous n’avons pas l’intention de faire quelque chose dans le domaine de la surveillance et de l’accès de l’AIEA.

« L’AIEA se rendra aujourd’hui en Iran et elle verra que quatre actions ont été prises dans le cadre de la troisième étape », a-t-il précisé.

Il a ensuite souligné que le directeur général par intérim de l’AIEA, Cornel Feruta, se rendra en Iran pour y tenir des rencontres avec des responsables iraniens dimanche dont le président de l’OIEA, Ali Akbar Salehi, et le ministre iranien des Affaires étrangères, Mohammad Javad Zarif. Il a également ajouté que ce voyage a été organisé avant et lorsque Yukia Amano était encore en vie.

« Notre première action qui a commencé, vendredi 6 septembre, est la production des matériaux enrichis dans les chaînes de recherche et l’immobilisation et aujourd’hui (samedi) nous l’avons annoncé à l’AIEA », a-t-il confirmé.

« La deuxième action de l’Iran est qu’il a débuté l’injection de gaz à la centrifugeuse IR-6s qui devrait se faire à la 11ème année du PGAC », a déclaré M. Kamalvandi.

« La troisième action constitue la mise en marche de la chaîne de 20 centrifugeuses IR-4 qui elle aussi devrait se faire au début de la 11ème année du PGAC et la quatrième action fait par l’Iran est l’injection de gaz à la chaîne de 20 centrifugeuses IR-6 qui devrait se faire dans deux mois, mais nous l’avons commencé maintenant », a-t-il ajouté.

Le porte-parole de l’OIEA affirme que l’Iran a la création de chaîne de 30 centrifugeuses dans son prochain programme.

A suivre…