• dim. / 1 décembre 2019 / 15:09
  • Catégorie: Politique
  • Code d'info: 98091006843
  • Journaliste : 71453

Larijani : il y a toujours eu une volonté politique de négociation

نشست خبری رییس مجلس

Téhéran (ISNA)- Le président du Parlement islamique d’Iran, Ali Larijani, a déclaré que le "mécanisme de résolution des conflits", également appelé mécanisme déclencheur, existe pour les deux côtés de l'accord et que l'Iran peut également l'utiliser.

«Si les Européens utilisent le mécanisme de déclenchement, l’Iran devra reconsidérer certains de ses engagements vis-à-vis de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA); il existe également le même mécanisme pour ce côté de la transaction; ce n’est pas le cas que d’autres utilisent cette capacité, et l’Iran pas », a déclaré M. Larijani lors d’une conférence de presse tenue à Téhéran à l’occasion de la Journée du Majlis (Parlement).

Les propos ont été tenus alors que le ministre français des Affaires étrangères, Jean-Yves Le Drian, exhortait l’Iran à revenir à la pleine mise en œuvre du Plan global d’action conjoint (PGAC), menaçant Téhéran de promulguer le "mécanisme de règlement des différends" de cet accord. L’Iran réduit ses engagements vis-à-vis de l’accord de manière transparente et réversible dans le cadre de son droit inhérent à l’accord puisque les autres parties n’ont pas réussi à défendre les intérêts de l’Iran après le retrait unilatéral des États-Unis et l’imposition de sanctions.

Ailleurs dans son discours, M. Larijani a déclaré « qu'aujourd'hui, les ennemis cherchent à créer des problèmes dans le pays et à détruire la position du Parlement… mais ils ne réussiront pas. »

M. Larijani a informé les médias iraniens et étrangers des mesures et des lois adoptées par le Parlement islamique au cours des quatre dernières années. Les remarques interviennent alors que la prochaine élection législative aura lieu le 21 janvier dans tout le pays et que les candidats pourront s'inscrire dans leurs villes respectives jusqu'à samedi prochain.

Répondant à la question du journaliste de CBS News sur les perspectives de négociations entre l'Iran et les Etats-Unis, M. Larijani a souligné que « Washington insiste sur les sanctions et la politique de" pression maximale "pour contraindre la République islamique à négocier, mais l'Iran insiste sur le fait que les sanctions doivent être levées. »

M. Larijani a poursuivi en affirmant qu'il y a toujours eu une volonté politique de négociation et qu'il n'y a pas d'impasse sur cette voie.

« Le fait est que la" pression maximale "est une mauvaise politique et qu'ils [les Américains] devraient la réviser », a-t-il ajouté, « certains pays déploient des efforts en ce sens et nous n'avons pas fermé les portes, mais le principal problème est que les Américains devraient comprendre que ce n’est pas une bonne approche. »

«Une fois, ils faisaient pression pour que l'Iran oublie son programme nucléaire. Je me souviens même qu'ils disaient que l'Iran ne devrait même pas avoir une centrifugeuse; ont-ils réussi? Non », a précisé le président du Parlement islamique.

« Le président Obama a envoyé une lettre dans laquelle il écrivait qu'il avait reconnu le droit de l'Iran d'enrichir de l'uranium et avait ensuite appelé à des pourparlers. Si les autorités américaines ont la même rationalité, elles utiliseront les expériences du passé et résoudront le problème, car les portes ne sont pas fermées », a-t-il affirmé.