• mar. / 15 septembre 2020 / 10:25
  • Catégorie: Politique
  • Code d'info: 99062518839
  • Journaliste : 71612

Moussavi : Le prix de l'assassinat lâche du général Soleimani est bien plus élevé qu'un ambassadeur américain

Moussavi : Le prix de l'assassinat lâche du général Soleimani est bien plus élevé qu'un ambassadeur américain

Téhéran (ISNA)- "Le prix de l'assassinat lâche du héros mondial de la lutte contre le terrorisme est beaucoup, beaucoup plus élevé que celui d'un malheureux ambassadeur américain", a déclaré l'ambassadeur d'Iran à Bakou.

L'ambassadeur d'Iran en Azerbaïdjan, Seyed Abbas Moussavi en publiant une image du martyr Soleimani, a écrit sur Twitter que "si j'étais à la place de l'ambassadeur américain, j'utiliserai tous les moyens possibles pour comprendre pourquoi le gouvernement terroriste des Etats-Unis a pensé à me supprimer d'une manière aussi étrange mais maladroite !".

A noter que le porte-parole du ministère sud-africain des Affaires étrangères, dans un entretien avec Bloomberg, à la suite des revendications sans fondement dans le journal Politico sur le fait que l'Iran avait un plan pour assassiner l'ambassadeur américain en Afrique du Sud en représailles au martyre du général Ghassem Soleimani, a déclaré lundi (14 septembre) que ces revendications avaient surpris le gouvernement de Pretoria.

N'étant pas au courant de ce sujet, il a annoncé que nous venons être informer de ce rapport ce lundi matin.

Le porte-parole de la diplomatie iranienne a également rejeté ces accusations évoquées dans le "rapport ordonné, intentionnel et ciblé" du média américain et a précisé que "l’Iran conseille aux responsables américains d'arrêter de recourir aux méthodes répétitives pour créer une atmosphère anti-iranienne sur la scène internationale".

"La République islamique d'Iran, répétant à maintes reprises, qu'elle continuera d'engager des poursuites judiciaires internationales vis-à-vis de l'assassinat criminel et lâche du général Soleimani à tous les niveaux et ni elle pardonne, ni elle oublie cet acte terroriste", a-t-il continué.

Fin